Main menu:

Mat Carlhian

>> Retour

Un bilan ?

On me demande d’écrire un mot, comme pour faire un bilan.

Que pourrais-je dire, analyser, conclure ?

Le voyage n’est pas terminé, peut-être encore un mois, qui serait capable de le prédire maintenant. Personne.

La montagne est terminée, certes mais la mer ne s’’est encore pas retirée. Une nouvelle fois nous pensions avoir établi un plan sans failles pour rejoindre Punta Arenas à bord de notre bateau si photogénique.

Beagle, Breckknow, Cockburn, Magellan, Cap Froward, autant de passages mythiques éparpillés ça et là entre la Cordillère de Darwin et Punta Arenas.

40 nœuds, pluie, neige, houles, courants, williwas, sont les éléments qui agrémentent ces passages déjà techniques qui les rendent souvent infranchissables.

Les Alakalufs, Yamanas, Onas ect. Ancien peuples des canaux de Patagonie, ont toujours pris grand soin d’avoir la clémence d’Ayayema pour naviguer de baie en baie.

Il neige dans la crique, la Isla Raton, le temps s’annonce mauvais, sûrement une journée à attendre ici pour peut-être passer avant le 2 Novembre, jour de notre départ en avion.

Le voyage n’a pas encore touché à sa fin. La mer c’est quelque chose de sérieux, comme la montagne, le parallèle est éclatant. Nous avons subi ces deux éléments depuis le début sans pouvoir nous rebeller, simplement si résoudre.

Ici c’est la nature et dans la nature la loi du plus fort a toujours était respectée. Les saprophytes que nous sommes n’ont jamais été au sommet de la chaîne. Darwin nous avait prévenu, l’homme est une simple espèce, un animal interdépendant qui se cache et baisse les oreilles quand il a peur.

Cette expédition fabuleuse n’a été composée que de simples hommes, sans pouvoirs, avec pour seuls atouts, la patience, la pugnacité et l’amitié. Qu’elle aventure humaine, que de sentiments éprouvés. Voilà ce que nous avons développé dans l’évolution de notre espèce, les émotions. La montagne est sûrement un prétexte pour avoir l’immense privilège de partager tout cela.

Bravo aux gens qui ont inventé cette impossible traversée dans le simple but de nous réunir.

Merci à tous ceux qui nous aiment, je vous aime aussi. Bravo à la complémentarité.

Nous reprenons la mer, pour combien de temps, que va t-il se passer ? Vite une réponse.

Le bilan, je vous le ferai parvenir une fois en France quand tout sera vraiment fini.

Mat Carlhian

>> Retour

Rédiger votre commentaire :

Vous devez vous authentifier pour poster un commentaire!