Main menu:

Yvan Estienne

>> Retour

Fin d’expé

Il est 18 h ce 27 octobre ultime tentative sur la ULTIMA TIERRA pour gravir le Mont Darwin. Battu, rabattu, abattu, les vents d’une violence extrême auront eu raison de notre déraison. Il faut se rendre à l’évidence, il faut l’admettre. 9 jours à patienter au pied d’une montagne de 2500 m l’entrevoir du bout des yeux, la sentir à portée de nos piolets, l’imaginer sous nos crampons sans pouvoir la gravir c’est un peu difficile à admettre pour nos modes de pensée d’alpins pourtant habitués aux expéditions himalayennes et andines. 2500 m une altitude si modeste qui se refuse si obstinément et pourtant l’équipe était forte, physiquement, moralement, techniquement. Les matériels parfaitement adaptés. Que nous aurait-il fallut pour réussir quelques sommets majeurs ? De la chance probablement, et pourtant de la chance nous en avons eu ; la chance de vivre une aventure aussi exceptionnelle faîte de rebondissement, d’inattendus, de surprises, de rencontres. La chance de vivre une grande amitié, qui jamais ne s’est départie. La chance de vivre une véritable exploration aux confins de la terre dans des lieux aussi inhospitaliers que magiques. Nous ne repartons pas déçus, plusieurs sommets vierges ont étés gravis et nommés, plusieurs immenses glaciers explorés. Nous avons peiné sous des charges trop lourdes pour nos épaules d’humains, dormis sur des matelas trop fins pour nos dos d’occidentaux, mangé des lyophilisés trop fades pour nos palais de gourmets et pourtant nous avons adoré.

Nous te quittons, 50emes rugissants, sans regret et sans empressement, tu nous as offert ce que nous cherchions au plus profond de nous même, si l’aventure a un vrai sens, ici nous en avons trouvé la direction.

Merci Tierra del fuego, merci José et Anémie nos amis de Yendegaya vous nous avez appris que par choix l’on peut vivre en dehors du monde et de ses turpitudes tout en ne le rejetant pas, merci de votre accueil sans fausseté

Merci Marcel le Belge, le marin, l’homme libre

Merci Denis le Genevois, pour tous tes services rendus sans compter

Merci Cécilia de ton sourire et de ta gentillesse qui irradie toute l’île de Navarino

Merci Christina, de nous avoir reçu avec autant de douceur pour nous parler de ta vie d’antan. Tu es la dernière des Yamanas, tu as vu disparaître ton ethnie et pourtant tu en parles sans rancœur. Nous pensons beaucoup à ton peuple qui jadis vivait dans le plus grand dénuement sur ces côtes que nous avons tant admirées.

Merci à tous ceux qui nous aidés pour que ce rêve devienne réalité

Merci Geneviève, Marie, Yvonne, Linda, nos chercheuses, pour votre dévouement et votre extraordinaire adaptation aux conditions difficiles.

Merci à toutes nos familles qui patiemment nous soutiennent et enfin merci à tous ceux qui ont suivi notre aventure et nous ont soutenus par leurs mots d’encouragements.

Merci Françoise nous te devons tant.

Merci Charles Darwin depuis ta théorie nous n’avons pas évolué beaucoup mais nous avons grandit, cette année tu aurais eu 200 ans, nous ne te connaîtrons pas mais nous avons eu la chance de rencontrer à Puerto Williams une des tes descendantes Sarah Darwin.

Merci à J Emperaire, Francisco Coloane, Sepulveda, Anne Chapmam, Jean Raspail et les autres vos écrits nous ont bercés et fait rêvés.

Nous pensons à vous Jean Mi, Mémé, Rémi vous auriez dû vivre avec nous cette belle aventure mais les choses de la vie en ont décidé autrement…Nous vous en ramenons une parcelle. Nous pensons à toi Karine, tu nous manques.

Adios Tierra del fuego y gracias, tu nous a appris ce que le mot humilité voulait dire.

Yvan Estienne

>> Retour

Rédiger votre commentaire :

Vous devez vous authentifier pour poster un commentaire!